Bonne fin d’année 2015

Le conseil d’administration du collectif pour l’hôpital de Moûtiers tient à souhaiter une bonne fin d’année à l’ensemble des lecteurs du site, des adhérents, des sympathisants, sans oublier le personnel d’astreinte ce soir (infimières, chirurgiens, urgentistes, pompiers, policiers, …) qui, pour certains, devront travailler dans des conditions pas optimales, imposées par des décideurs déconnectés des réalités ou de l’intérêt général.

Courage à tous et bonne fin d’année 2015.

Embouteillages aux urgences de l’hôpital de Bourg-Saint-Maurice – (France 3 – 29/12/2015)

Faut-il s’étonner de ce sujet de France 3 ?
Pas vraiment, car c’est la situation dénoncée par le collectif pour l’hôpital de Moûtiers, depuis de très nombreux mois.

Embouteillages aux urgences de l’hôpital de Bourg-Saint-Maurice

C’est désormais le seul service d’urgence de la vallée, alors quand le manque de neige augmente le nombre d’accidents, ça se bouscule dans la salle d’attente de l’hôpital.

“Il est 14 heures et on déborde déjà de fractures de tous types” annonce Christophe Hoareau, le chef du service des urgences de l’hôpital de Bourg-Saint-Maurice. Et ce n’est pas vraiment une surprise : “Avec 150 000 skieurs concentrés sur quelques plaques de neige, ça favorise les collisions, les chutes sur une neige dure, et des fractures plus nombreuses”.

Ici ces dernières 24 heures, une centaine de patients a été reçue, et la salle d’attente ne désemplit pas.

reportage de Cédric Lepoittevin et Frédéric Pasquette

Voir le reportage vidéo sur le site de France 3

Quelle offre de soins actuellement ?

Alors que l’an dernier, il y avait 4 blocs opératoires à Moûtiers et 4 à Albertville, sur la période d’octobre 2015 à février 2016 seuls les 4 blocs d’Albertville sont disponibles.
A terme 2 de plus existeront à Albertville, ce qui signifie dans tous les cas une perte de 25%.

Au niveau des chambres d’hospitalisation, le nombre précédent était de 129 (dont 60 à Moûtiers). Seuls 28 lits réouvriraient en plus à Albertville, soit une perte de 32 chambres (là aussi -25%)

Lors de l’entretien du 16/12/2015, le sous-préfet a été surpris par nos chiffres car il disposait uniquement des chiffres à la hausse sur Albertville.
Personne ne semblait avoir eu le courage de lui annoncer qu’il y avait en réalité une baisse de l’offre de soins sur le territoire Tarentaise/Bassin Albertvillois.

Blocage du déménagement et entretien avec le sous-préfet

Ce mercredi, une partie du matériel (chaises, lits, mobilier de bureau, …) a été déménagé depuis l’hôpital de Moûtiers vers celui d’Albertville.

La rumeur circulait depuis quelques jours, mais la date précise n’a été connue que mardi soir. Nous n’avons ainsi pas pu mobiliser davantage les adhérents et la population.

Malgré tout, les 25 personnes présentes ont réussi à retarder suffisamment l’opération (avec la présence des services de gendarmerie compréhensifs) et obtenir en contre-partie un rendez-vous avec le sous-préfet à Albertville le jour même.
En revanche, la directrice du CHAM n’a pas daigné se déplacer pour répondre à nos questions.

2015-12-16 - Blocage du tranfert des lits

Rendez-vous avec le sous-préfet :

A la suite du blocage à Moûtiers, le nouveau sous-préfet d’Albertville a ainsi reçu 2 membres du collectif (président et vice-président) pendant près de 1h (nous nous attendions à seulement 10-15 minutes comme la majorité des rendez-vous officiels qui ont été accordés jusqu’à maintenant).

2015-12-16 - Devant la sous-préfecture_rs

Le sous-préfet a été très à l’écoute, mais a indiqué ne pas pouvoir intervenir sur le sujet de l’offre de soins et des hôpitaux et plus particulièrement la fermeture des urgences et chirurgie à Moûtiers, choix de l’ARS et/ou du CHAM (le doute demeure quant à savoir qui a pris les décisions hâtives finales).
Le sous-préfet veille par contre activement à éviter au maximum des problèmes de transport routier et/ou héliporté. Il a ainsi confirmé que les moyens de transports seront augmentés (par exemple 3 hélicoptères au lieu de 2 jusqu’à maintenant) à la suite d’une rallonge financière accordée par l’ARS. Et que l’ouverture des nouveaux blocs opératoires à Albertville était repoussé à fin janvier/début février 2016.

Notre interprétation :
Quand il s’agit de trouver des fonds pour maintenir des services hospitaliers, il n’y a pas d’argent, mais quand il s’agit de trouver des solutions alternatives pour régler des problèmes de transports sanitaires, le financement est vite trouvé.
Une façon de plus de creuser le “trou de la sécu”.
Au final ce sont encore nos impôts qui financeront toutes ces erreurs de gestion.

Le sujet du transport routier/héliporté était dénoncé depuis de nombreux mois par le collectif, car il n’avait pas été pris en compte dans l’étude officielle KPMG en 2013/2014.

Le projet alternatif du collectif faisait par contre ressortir cette lacune et les risques de surcoûts. Au final, qui avait raison ?
Il est très regrettable malgré tous nos efforts qu’aucune instance décisionnelle n’ait pris le temps de le consulter et d’examiner notre scénario.

Retour du ski, un dimanche soir (presque) comme un autre

De retour du ski, un dimanche d’avant saison, qu’arriva-t-il à Moutiers ?
Étonnamment, un bouchon !
Mais un peu plus dense que ce qui se passe d’habitude pendant l’hiver.
Car cette fois-ci, il a fallu patienter 30 minutes, juste pour faire le petit kilomètre (ou 1 km seulement) séparant le carrefour de l’Europe de l’entrée du tunnel de Ponserand.
En cause, les réductions de voies, faisant passer la circulation de 3 voies en 1 seule dans le tunnel du fait des travaux de création d’un rameau d’évacuation toujours pas terminés, commencés il y a plusieurs mois.

Manquerait plus qu’une ambulance ait à se retrouver dans la circulation pour amener un patient aux urgences à Albertville.

Ah, on nous dit dans l’oreillette, que c’est le cas.
Voyons cela en image :

Ah, en regardant bien, on voit non pas 1 ambulance, mais 2 😉

Bons courage chers patients, et si vous lisez ces lignes, n’hésitez pas à venir vers nous pour nous raconter votre ressenti.

Communiqué de presse : faut-il pleurer, faut-il en rire

Communiqué de presse (la presse relaiera-t-elle ?)

C’est un air connu … tout comme les prévisions pessimistes que le collectif pour l’hôpital formulait sur les conséquences inquiétantes du « transfert à la hussarde », à Albertville de la chirurgie traumatologique qui subsistait en saison hivernale à Moutiers.
Car nous apprenons, par bribes, que les travaux entrepris là-bas pour « couper l’herbe sous le pied » accuseront du retard : les blocs opératoires modulaires ne seront opérationnels qu’en… Février. Des témoignages nous parviennent du report ou de l’externalisation d’opérations « programmées ».
De quoi alimenter « la fuite » des patients … et l’augmentation … du déficit (4 M en 2015).
Les langues se délient sur les « jeux de chaise musicales » entre les services, avec la confusion et le stress que cela engendre…
Malgré nos supplications, tant auprès de l’ARS, de la direction que des politiques concernés, de conserver intactes les capacités opératoires de Moutiers « au cas où », les lits de la chirurgie et les équipements annexes (perfusions, etc…) sont visés pour un déménagement à très court terme semble-t-il… qui nous mobilisera !
En votre qualité d’organe de presse, quand consentirez-vous à instruire et relater périodiquement, informer en somme avec professionnalisme (rigueur et distance) au plus près des situations vécues, pour donner aux populations les moyens de « se retourner » en cas de besoin ?

Régionales 2015 : avis demandé aux candidats

En prévision des prochaines élections régionales, nous avons demandé à chacun des 9 candidats leur avis concernant la fermeture des urgences et de la chirurgie de l’hôpital de Moutiers.

Nous mettrons à jour cette page au fur et à mesure des éventuelles réponses reçues,
En attendant voici qui a été contacté :

Continuer la lecture de Régionales 2015 : avis demandé aux candidats