Archives de catégorie : Revue de presse

Précisions de Bernard Gsell – Le Dauphiné Libéré (24/09/2018)

Pour faire suite à l’article paru hier, précisions ce jour

Retransscription :

Suite à l’article paru,hier, sur l’Ehpad Les Cpordeliers, Bernard Gsell, élu de “Moûtiers autrement” demande que soit précisé “ce sujet a été ajouté à ma demande. J’ai cité la lettre adressée récemment par le Collectif Hôpital à tous les maires du bassin. Je ne me suis pas prononcé sur les projets d’aménagement – ce qui ne veut pas dire que j’approuve celui retenu par le maire – car j’ai insisté sur la nécessité au préalable de faire le bilan des trois années dans urgences et sans chirurgie à Moûtiers, comme l’a demandé à l’unanimité la déibération du conseil municipal de Moûtiers du 12 juin dernier, et de s’impliquer dans la préparation du projet médical. En effet, selon la direction du Cham, c’est le projet médical qui déterminera le scenario pour l’Ehpad des Cordeliers : il est donc important de s’en saisir et de ne pas laisser seuls les médecins d’Albertville décider. En réponse, le maire s’est donc engagé a réactiver la demande de réunion bilan avec tous les partenaires, et à débattre en conseil municipal du projet médical.”

Un pôle gériatrique dans l’ancienne école des Mines – Le Dauphiné (23/09/2018)

Retranscription :

Un pôle gériatrique dans l’ancienne école des mines

L’autre solution envisagée prévoit de démolir l’ancien hôpital (autrefois l’école des mines). “Le site de 1992 garderait sa fonctionnalité hospitalière, a indiqué le maire. A côté, on réaliserait un pôle gériatrique avec un accès direct sur l’hôpital.” Fabrice Pannekoucke y voit plus de fonctionnalité et de cohérence, d’autant que “dans l’ancien hôpital, des parties ne sont pas utilisées ou mal utilisées.” Dans ce scénario, les srvices “sans fonctionnalité hospitalière”, à l’image de l’Institut et centre de formation pour les aides-soignants (Ifas), seraient transférés aux Cordeliers.

Pour alimenter sa réflexion, la maire a pris contact avec le président du collectif de défense de l’hôpital, la présidente des Amis des Cordeliers et les retraités CGT. Et tout le monde semblerait apprécier la solution de la construction à la place de l’ancien hôpital.

Jeudi soir, Bernard Gsell, tête de liste de “Moûtiers autrement” ne s’est pas montré opposé à cette piste. Pour lui, le plus important est de définir le porjet médical, c’est-à-dire l’avenir de l’offre hospitalière à Moûtiers. Il a redemandé que le collectif soit associé à la réflexion.

Pour Fabrice Pannekoucke, “les deux sujets peuvent avancer de manières dissociées. Nous avons, en tout cas, la certitude que le projet médical sera prêt d’ici fin 2018. ” Quant au nouvel Ehpad, il ne faut pas espérer le début des travaux d’ici deux ou trois ans, selon le maire.

Les petits hôpitaux ne fermeront pas – Le Dauphiné Libéré (21/08/2018)

Article lisible gratuitement sur le site du Dauphiné Libéré :
https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/08/21/il-n-y-aura-aucune-fermeture-d-hopital-de-proximite-selon-buzyn

Retranscription :

Santé – La ministre l’a assuré

Les petits hôpitaux ne fermeront pas

On pensait que les petits hôpitaux étaient en mode survie avant la réforme du système de santé, qui doit être présentée à la mi-septembre par le gouvernement.
Ce n’est finalement pas le cas : la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est voulue rassurante hier quant à leur avenir : “Moi, je me suis engagée sur une chose, il n’y aura aucune fermeture d’un hôpital de proximité. Les hôpitaux de proximité vont rester, les Français en ont besoin, ils ont besoin d’une offre de services au plus près de chez eux”, a-t-elle insisté hier matin sur France Info.

Fermeture des urgences : un “mythe”

En mars, la ministre avait pourtant indiqué qu’il était “possible qu’un certain nombre de services de proximité ne soient pas maintenus”. D’après une liste publiée par le ministère, il y a, sur l’ensemble du territoire national  et d’Outre-Mer, 243 établissements de ce type. Les hôpitaux de proximité sont limités aux soins de premiers secours.
Également interrogée sur les urgences, en tension cet été, Agnès Buzyn a estimé qu’il y avait “un mythe autour des fermetures des services d’urgences. Il y a parfois des services d’urgences qui ferment, mais il faut savoir que globalement nous avons 78 services d’urgences qui ont ouvert en plus ces dernières années”, a-t-elle souligné.
“Il peut y avoir des zones rurales où effectivement il n’y a plus d’activité, et très peu de services, pas besoin d’un service d’urgences, mais il y a plein de services d’urgences qui ouvrent dans des zones qui sont mieux peuplées”, a-t-elle poursuivi.
Interrogée sur RTL sur le “mythe” évoqué par la ministre Buzyn, la présidente de la Coordination nationale infirmière Nathalie Depoire a déploré le “décalage avec ce qu’il se passe réellement dans certains établissements aujourd’hui”, alertant sur le besoin rapide de moyens humains et matériels.