Faudra-t-il toujours craindre des fermetures de services hospitaliers à venir ?

La question semble tellement aberrante vue la crise sanitaire que notre pays est en train de vivre !

Question d’autant plus aberrante car tous les Français ont entendu le discours du chef de l’État le 25 mars dernier.

Rappelez-vous ses paroles :

«J’ai demandé au gouvernement une réponse forte de court terme avec majorations des heures supplémentaires et primes exceptionnelles» pour les personnels de santé, a annoncé ce mercredi Emmanuel Macron. « A l’issue de cette crise, un plan massif investissements et de revalorisations des carrières sera construit ».

Et pourtant, malgré ces belles paroles, cette réaction “à chaud”, des signes inquiétants continuent d’apparaitre :

  1. Le directeur de l’ARS Grand Est (la région la plus touchée en France par la crise du COVID-19) a annoncé il y a quelques jours la poursuite du plan de réduction de 180 lits et 600 postes à l’Hôpital CHRU de Nancy dans les mois à venir, comme si de rien n’était (source FranceInfo).

    Bon OK, il a depuis été limogé par le Conseil des Ministres (source LeMonde.fr), ou démis de ses fonctions.
    Définition de “Limoger” (Larousse) :” Priver quelqu’un de son poste, de ses fonctions, en le déplaçant ou en le destituant.”

    Conclusion n°1 : ce personnage ne travaille plus pour l’ARS Grand Est, mais il est fort probable qu’il lui soit retrouvé un autre poste similaire ailleurs.
    Conclusion n°2 : le projet de réduction de lits et d’effectifs n’est pas pour autant abandonné, mais simplement suspendu, figé. Retardé.
    L’avenir nous dira ce qu’il adviendra du personnel qui se démène actuellement pour sauver des vies.

  2. Un projet de loi en cours de débat au Sénat actuellement (source : Senat.fr) propose de réfléchir à comment éviter un effondrement de l’économique si jamais une telle crise sanitaire se produit à nouveau à l’avenir.
    Souhait louable !
    Mais quid de la gestion de la “crise sanitaire” et des difficultés de l’Hôpital ?
    Pour l’instant nous n’avons rien trouvé de similaire.
    Mais si quelqu’un a connaissance d’un tel projet de loi similaire au niveau de la santé, nous sommes preneur.
    Merci de nous contacter !

  3. La Caisse des Dépôts vient de finaliser une “note explosive” (telle que relaté par une enquête Médiapart) concernant l’Hôpital Public.
    Article à retrouver ici pour les abonnés à Médiapart.
    Ou en PDF ici.

Bref, applaudir à 20h, c’est bien.
Mais s’engager durablement pour la défense des services publics hospitaliers au delà du moment présent, ce sera encore mieux.
Afin que, lorsqu’une telle nouvelle crise aura lieu, les leçons de la situation présente auront été tirée et les moyens mis en place.

Le Collectif pour l’Hôpital de Moûtiers est engagé dans cette démarche de sauvetage et de maintien des services publics hospitaliers de proximité depuis décembre 2012.

Une bonne nouvelle provient de la Bulgarie, et plus précisément les ministres et députés qui offrent leur salaire à la santé publique.
Source LeParisien.fr.
Puisse leurs homologues Français prendre exemple et faire de même. Rêvons !

le 7 avril, c’est la Journée Mondiale de la Santé

Rappelez-vous, en 2016, le 7 avril devenait la “1ère journée européenne contre la commercialisation de la santé et de la protection sociale” (voir article publié il y a 4 ans ici même).

Et depuis 2016, le 7 avril est devenu la Journée Mondiale de la Santé.

Alors en 2020, alors qu’on est tous en train de subir une pandémie mondiale et qui montre les limites du système de santé mis à mal depuis des années des décennies, on vous propose, tous, chacun de votre côté, à votre niveau, d’apporter votre soutien lors de cette journée mondiale de la santé, en diffusant sur vos réseaux sociaux, par email, ou toute autre action que vous jugez compatible en respectant les règles légales du confinement.

Affiche proposée pour diffusion autour de vous (version PDF):

Coronavirus : des effets imprévus ? (Coordination Nationale le 17/03/2020)

Vous rappelez-vous l’échange qu’il y avait eu le 27/02/2020 entre le président de la République Emmanuel Macron et le médecin neurologue à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière ?

Petit rattrapage si nécessaire :


Suite à l’allocution télévisée du Président de la République Emmanuel Macron le lundi 16/03/2020, la Coordination Nationale émet le communiqué suivant :

Et si vous souhaitez avoir la suite de cette visite présidentielle du 27/02/2020, on ne peut que vous encourager à regarder le débat sur la chaine Arrêt sur Images et plus particulièrement l’émission du 13/03/2020 :

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/coronavirus-on-doit-se-preparer-a-louragan

Lettres au Maire (12/03/2020)

Pour faire suite à divers propos tenus lors du dernier Conseil Municipal le 27/02/2020 (voir dernier article à ce sujet), le Collectif pour l’Hôpital de Moûtiers a envoyé 2 courriers au Maire :

Un premier concernant des propos diffamatoires :

Un second démentant tout accord de retrait de procédure au Tribunal Administratif :

Communiqué suite au conseil municipal du 27/02/2020

Suite à certains propos exprimés lors du dernier conseil municipal, et comme indiqué dans le dernier article du Dauphiné Libéré du 29/02/2020 dont voici l’extrait :

Le Collectif POUR l’Hôpital de Moûtiers apporte ce communiqué pour réponse :

Communiqué au format PDF (avec compte rendu de l’entretien du 12/10/2017)

L'hôpital, c'est vital