Fabrice Pannekoucke est insatisfait du Centre d’accueil médical, cet hiver – Le Dauphiné Libéré (27/02/2018)

Retranscription de l’article :

Jeudi soir, en fin de conseil municipal, le maire Fabrice Pannekoucke a exprimé son “insatisfaction vis-à-vis du fonctionnement de l’hôpital, cet hiver, notamment le Centre d’accueil médical (CAM)”.
Régulièrement, la question revient sur le tapis, souvent posée par le Collectif de défense de l’hôpital. Cette fois-ci, c’est le maire qui pointe du doigt les manques, tout en insistant sur les aspects positifs.
Faute de médecins candidats au porte, le CAM qui dépend du Centre Hospitalier Albertville-Môutiers (CHAM), est donc fermé une partie de la nuit et parfois même le jour.
Comme la maison médicale de garde, pour le secteur incluant Moûtiers, est situe à Albertville, les Moûtiérains n’ont alors pas de médecin de proximité, hors cas grave, nécessitant l’intervention du Smur pour un transport vers les urgences d’Albertville.

Des consultations en hausse à l’hôpital

“Je déplore les jours où le CAM est fermé mais quand il est ouvert, il fonctionne très bien”, a souligné le maire qui “ne reste pas béat face à la situation”. Fabrice Pannekoucke a indiqué avoir pris contact avec différents responsables de l’ARS (Agence régionale de santé) ainsi qu’avec le directeur du centre hospitalier de Chambéry et du Groupement hospitalier de territoire. “On travaille pour améliorer l’efficience. Ce qui me gène, c’est qu’il y a un service d’urgence et une maison médicale à Albertville et rien chez nous. Il faut un service de proximité partout”.
Pour autant, pour le maire, tout n’est pas à critiquer en matière de santé à Moûtiers. Il a informé les élus d’une augmentation des interventions à l’hôpital (hors CAM) : 10404 en 2017 contre 9567 en 2016. Et de lister les différentes spécialités des consultations externes : radiologie (activité stable avec 4400 passages) scanner (1294, en hausse) échographie (988 en forte hausse, gràce, notamment, à du nouveau matériel), digestif, cardiologie, viscérale, mémoire, ORL, urologie, traumatologie, …”
Enfin, le maire a donné des nouvelles du projet de reconstruction de l’Ehpad Les Cordeliers : les programmistes on été choisis il y a une dizaine de jours.

Véronique Bertin : “Pour faire une radio, il faut être un mannequin anorexique ?”

Quand Véronique Bertin, élue de la liste “Aimer et vivre à Moûtiers”, lance devant le conseil municipal “pour faire une radio à Moûtiers, il faut être un mannequin anorexique ?”, elle fait référenec à une histoire vécue. Pas par elle, mais par une Moûtiéraine… Sandrine Delaporte raconte que devant faire une radio du rachis, elle a téléphoné à l’hôpital de Moûtiers. “On m’a demandé, ma taille, mon poids, et on m’a répondu qu’avec un indice de masse corporelle supérieur à 24 (*), on ne pouvait pas me faire la radiologie à Moûtiers, qu’il fallait aller à Albertville.” Elle s’étonne : “je m’habille en taille 40. Si moi, je ne peux pas faire de radio, alors beaucoup de gens sont dans mon cas.”

La radio bientôt changée ?

Sandrine Delaporte a écrit à la directrice du Centre hospitalier Albertville-Moûtiers (Cham), au maire  de Moûtiers et au député Vincent Rolland. Elle est en colère mais aussi inquiète. Kinésithérapeute elle-même, elle dit constater “que des gens renoncent à faire des examens de santé parce qu’il faut aller trop loin et que c’est trop coûteux. Une médecine à deux vitesses se développe.”
Contactée par nos soins, la directrice de l’hôpital, Laurence Bernard a effectivement reconnu “que les patients en surcharge pondérale nécessitent des tables adaptées. La radio de Moûtiers est par ailleurs vieillissante et doit être changée vraisemblablement dès 2018.”

(*) Un IMC supérieur à 24 est interprété comme un surpoids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *