Le Dauphiné Libéré (22/01/2016) – Vœux du CHAM 2016

2016-01-22 - Le DL - Voeux CHAM 2016_édité

Analyse de l’article :

Difficile d’imaginer des élus et décideurs exprimer publiquement « Nous avons fait une énorme bêtise en fermant l’hôpital de Moutiers et nous le regrettons »

Alors qu’il est tellement plus simple de s’autocongratuler en disant « vous avez vu, nous considérons que nous avons super bien bossés et nous allons continuer dans la même lignée, peu importe ce que cela coûte pour le contribuable »

Ce que l’article oublie de préciser (mais on ne peut pas en vouloir au journalistes qui ne peuvent pas relater des propos non exprimés à cette occasion), c’est que ce projet ne fait que commencer à coûter cher à la population.

Coûter déjà en terme budgétaire, car pour pallier à la fermeture des urgences et de la chirurgie à Moutiers, rappelons-nous les paroles du sous-préfet le 15/12/2015 qui confirmait que la CHA(M) avait obtenu une rallonge budgétaire de la part de l’ARS pour augmenter le nombre d’ambulances et d’hélicoptères afin de réduire les difficultés d’évacuation des blessés jusqu’aux urgences d’Albertville (voire plus loin).
Sans compter les autres surcoûts lié à l’éloignement des services.

Coûter aussi et surtout en terme humain, du fait des déprogrammations de tous (ou presque) les soins programmés sur la période décembre 2015/janvier 2016, afin de privilégier les urgences, ou bien délocaliser ces interventions dans d’autres centres hospitaliers voisins (Chambéry, Grenoble, …).
Coûter aussi en terme humain, du fait des complications de transports sanitaires engendrés du fait de l’éloignement.

La directrice du CHA(M) ne sait peut-être pas que les blessés en station sont parfois/souvent évacués en ambulance, mais que pour éviter de ne plus avoir d’ambulances en station, les blessés sont transférés d’une ambulance à une autre, sur une place de village.

La directrice du CHA(M) ne sais peut-être pas (encore) que plusieurs communes (Les Bellevile et Saint-Bon-Courchevel par exemple) et médecins (Courchevel/Méribel par exemple) s’inquiètent et n’acceptent tout simplement pas ce soit-disant « progrès ».

Définition du Larousse du mot progrès :

« Transformation vers le mieux dans un domaine particulier, évolution vers un résultat satisfaisant, favorable ».

La directrice du CHA(M) ose « se féliciter de la tournure des vacances de fin d’année 2015, alors que le pire était prévu ». Forcément, l’hiver n’avait pas encore véritablement commencé.

Selon cet article, 2015 aura été l’année de la mise en place du plan imaginé par l’ARS.
Il eut été plus intelligent que le plan ait été « réfléchi », plutôt que simplement « imaginé » (de loin, depuis Paris, sans écouter l’avis local).

Quant à la photo d’illustration de l’article, il n’y avait aucun doute que Mme Berthet (présidente du conseil de surveillance du CHA(M)et maire d’Albertville) était totalement favorable au démantèlement de l’hôpital de Moutiers. Rappelons-nous son courrier envoyé à toutes les mairies début octobre.

Mais que penser de la présence de Vincent Rolland, qui jusqu’à maintenant semblait être contre ce projet :

Au regard de tout cela, peut-on imaginer qu’en réalité, durant toutes ces années, il ménageait la chèvre et le choix, et qu’il était plutôt favorable à la fermeture de l’hôpital de Moutiers ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *