Laurence Bernard : le CHAM opère – La Savoie (20/11/2014)

Article disponible en lecture libre sur le site du journal La Savoie

Retranscription :

Elle pense les organisations, soigne les relations humaines, recoud les budgets : depuis plus de 20 ans, Laurence Bernard assume des rôles de direction dans les plus grands hôpitaux.

Laurence Bernard : le cham opère
Elle pense les organisations, soigne les relations humaines, recoud les budgets : depuis plus de 20 ans, Laurence Bernard assume des rôles de direction dans les plus grands hôpitaux.
Arrivée il y a quelques mois au CHAM, centre hospitalier Albertville-Moûtiers, elle s’attelle à un challenge aussi complexe qu’excitant : rendre à l’infrastructure attractivité et rentabilité.
Avant de dérouler cursus et parcours, la chef d’établissement de 49 ans s’enquiert de connaître son interlocuteur et le média qu’il représente. Avec un petit sourire malicieux, elle lâche « on m’a dit que vous n’étiez pas toujours gentil avec nous ».
L’échange est à son image : sérieux mais décontracté. Elle a très tôt su ce qu’elle ferait ce métier, dès la seconde en vérité : «  Je traînais dans un centre d’orientation où, au hasard d’un tiroir, j’ai trouvé une fiche sur la profession de directeur de centre hospitalier. Le conseiller a noté mon intérêt et m’a proposé de rencontrer le chef d’établissement de l’hôpital de Voiron, un homme exceptionnel qui m’a donné la vocation ». Avant de s’adonner aux études, elle assouvit sa passion pour le ski en écumant les stations européennes et en convoitant les podiums régionaux. Après le bac, elle troque les spatules pour les stylos et pirouette des maths appliqués à sciences-po en passant par deux maîtrises de droit. Laurence Bernard réussit plusieurs concours de la fonction publique, mais il n’est alors pas question pour elle de renoncer à ses projets  : « Je ne me voyais pas vendre des croquettes ou commercialiser des machines à laver. La direction d’un hôpital avait du sens : c’est un univers à la formidable complexité où se côtoient la vie, la mort, plus de cent métiers dans des horizons sociologiques complètement différents.
C’est un terrain toujours en mouvement où il ne suffit pas d’un coup de sifflet pour diriger les opérations
 ». Elle se sait faillible, soumise aux coups de moins, « mais dans ces moments-là, sourit-elle, je chausse ma paire de ski ou mes chaussons de grimpe. Un collègue m’a confié qu’embrasser ce métier, c’était apprendre la solitude. Et c’est vrai que si l’on concerte et consulte, arrive un moment où il faut bien choisir. C’est notre travail de prendre des décisions qui font sens, même si elles n’ont pas que des partisans. Si on a peur de cet aspect de notre profession, mieux vaut ne pas l’exercer ».« J’ai appris à concilier les impossibles » 
À Grenoble, Lyon puis Paris, Laurence Bernard a appris à orienter les finances, organiser les stratégies ou modéliser les parcours santé. Au Cham, il va lui falloir insuffler un second souffle à l’infrastructure et persuader tous ses acteurs et usagers qu’une page nouvelle est en passe de s’écrire : « On hérite d’une histoire, mais le but n’est pas de se retourner sur ce que l’on aurait pu ou dû faire, mais d’élaborer le projet médical le plus intelligent possible, qui concilie toutes les contraintes qui sont les nôtres ». Et ce défi, elle y croit dur comme fer : « sinon, je ne serais plus là ! » Selon elle, il faut allier rapidité, efficacité et qualité dans le parcours de santé « car le système est devenu très concurrentiel. Si nos patients ne sont pas contents à la sortie de nos hôpitaux, c’est que nous sommes passés à côté de quelque chose ! » Faudra-t-il travailler plus pour conquérir plus ? « L’idée, ce n’est pas de demander plus, mais différemment : si on ajoute plus de tâche dans une désorganisation, c’est évident que cela crée des charges de travail supplémentaires, sur une organisation, ce n’est plus le cas. Il faut que nous apprenions à millimétrer nos parcours cliniques de manière à ce que le patient sache ce qui va lui arriver et que les médecins puissent mieux s’organiser dans leur travail. Moins il y aura d’inopiné, plus il y aura de sérénité, tout le monde sera gagnant ! » Laurence Bernard sait que la copie finale rendue par l’ARS ne fait pas l’unanimité : « au demeurant, c’est l’un des plus beaux projets régionaux en terme d’investissement, estime-t-elle, il va nous permettre de casser le cercle vicieux et de réintroduire plus d’activités et par conséquent, de rentabilité » De rendre le cercle vertueux en quelque sorte… Cette détermination fécondée d’énergie positive guide toute la vie de Laurence Bernard : « J’ai appris à concilier les impossibles, notamment dans ma vie privée ».
Maman de deux enfants, elle parvient à se libérer du temps pour eux, à faire du sport, jouer de la clarinette, elle réussit à croquer la vie sans jamais perdre de vue la mort qui hante le quotidien des hôpitaux.
Johan Fabin 

La Savoie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *