Bonjour,

lors des élections législatives en juin 2017, les 13 candidats à la députation avaient été sollicité afin de donner leur avis sur le thème de la santé au niveau local.
7 candidats (dont le député qui fut finalement élu au 2ième tour) avaient, entre autre, exprimé un avis favorable pour une réouverture rapide des urgences et de la chirurgie à Moûtiers.
Une synthèse complète avait été faite lors d'une réunion publique le 9 juin et consultable ici : http://hopital-moutiers.com/2017/06/16/lambition-dun-hopital-des-3-vallees-a-moutiers-legislatives-2017/

A l'occasion des élections sénatoriales de ce dimanche, les 10 candidats en Savoie ont, eux aussi, été questionné sur le même thème.
Les 4 réponses reçues (voir ci-dessous) ont été transmise a près de 250 grands électeurs des communes du bassin de santé de Moûtiers.

A titre d'information, vous pouvez consulter les réponses ci-dessous :

---

Message de synthèse adressé à tous les grands électeurs pour les sénatoriales de dimanche, après réception de 4 réponses sur les 10 candidats contactés :

Madame, Monsieur,

Comme pour les élections législatives, le Collectif pour l’hôpital de Moûtiers a sollicité avec le même questionnaire santé relatif à la situation du Centre hospitalier Albertville Moûtiers (CHAM) les candidat(e)s aux élections sénatoriales.
Dans les deux cas, un retour public vers les électeurs s’imposait avant les votes : en téléchargement ici vous trouverez une synthèse thématique des réponses des candidat(e)s députés, ainsi que celles, in extenso, des candidat(e)s aux sénatoriales (le délai étant cette fois beaucoup plus restreint).
Nous vous en souhaitons bonne lecture. 
Au delà, nous vous rappelons la détermination du collectif à s’inscrire pleinement dans la réflexion et la mise en œuvre d’une offre de soins à la hauteur des attentes de la population locale et touristique, aux côtés des élus convaincus des mêmes objectifs.
Deux remarques factuelles enfin : le taux de retours des candidats aux législatives, dans la seconde circonscription s’élevait à 70%, dont 89% étaient favorables au retour de la chirurgie et des urgences à l’hôpital de Moûtiers. Alors qu’on compte 40% de retours pour cette élection sénatoriale étendue à l’ensemble du territoire Savoyard, qui se prononcent à 100% pour. Et à une exception près (et non des moindres), les candidats les plus proches de notre territoire, ont tous pris position.

Voici, dans l’ordre des arrivées, les réponses à l’occasion des élections sénatoriales :

---

Réponse de Romain RIBAS (incluant le complément reçu le soir même) :

Le 19 septembre 2017 à 00:42, RIBAS ROMAIN <romainribas@yahoo.fr> a écrit :
Bonjour,
Je réponds favorablement à votre questionnaire qui me permet de développer auprès des grands électeurs mon programme en matière de santé. En résidence à Bourg Saint Maurice, je me sens concerné par la problématique de la santé dans les zones de montagne.
Veuillez agréer l’expression de ma considération distinguée.
Cordialement.
Romain RIBAS – Candidat Majorité Présidentielle

1) Suivant votre connaissance du dossier ou bien en fonction d’éléments que nous pouvons vous communiquer (à votre demande) êtes-vous disposé(e) à demander la réouverture des urgences et donc des blocs opératoires dédiés à la chirurgie traumatique saisonnière puis orthopédique programmée à l’hôpital de Moûtiers ? Comment ?
Je suis favorable à la réouverture au 1er janvier 2018 au plus tard des urgences, des blocs opératoires dédiés à la chirurgie traumatique saisonnière et du service orthopédique en période hivernale du 16 novembre au 15 mai de chaque année.

2) Nous sommes convaincus que la réalisation de ces objectifs passe par la « défusion » des sites de Moûtiers et d’Albertville du Centre Hospitalier Albertville Moûtiers (CHAM). Y souscrivez-vous ?
Il est possible techniquement d’annuler la fusion des centres hospitaliers d’Albertville et de Moutiers, il faut accepter dans les territoires de montagne d’avoir des doublons même si on peut conserver une coopération entre les deux sites pour les tâches administratives (gestion du personnel et comptabilité) et la répartition des catégories opérations qui peuvent être prévues à l’avance.

Au titre de l’organisation des Groupements Hospitaliers de Territoires, ici le GHT Savoie, défendrez-vous cette spécificité de l’hôpital de Moûtiers, étant donné sa position géographique stratégique ?
Il est très important d’avoir des centres hospitaliers à Albertville, à Moutiers et à Bourg saint Maurice en Tarentaise en particulier en période hivernale. Les routes de montagne sont longues et lentes surtout en cas de neige et de gel et cela nécessite donc la présence d’un centre hospitalier dans chaque vallée sauf à accepter des coûts insupportables d’hélicoptères et de vie humaine. Je ne pense pas qu’on puisse gérer correctement des hôpitaux dans des zones de montagne depuis l’agglomération de Chambéry – Aix les Bains. Il faut revenir à des groupements hospitaliers par arrondissements.

3) Plusieurs articles des lois n° 2016-41 du 26 Janvier 2016 de modernisation de notre système de santé et n° 2016-1888 du 28 décembre 2016 de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne offrent des dispositions fortes permettant de justifier le retour d’une organisation sanitaire hospitalière de qualité, adaptée au territoire et répondant aux besoins de la population touristique comme permanente.Quelles initiatives prendrez-vous pour en obtenir l’application ? Quelle politique budgétaire comptez- vous appliquer dans le cadre de l’ONDAM ?
Il faut appliquer cette loi y compris en assignant l’état devant les juridictions administratives pour avoir un service hospitalier de proximité en montagne tout au long de l’année avec des services supplémentaires en période hivernale. Il convient de cesser la politique de réduction du budget du ministère de la santé en revalorisant les tarifs des actes pratiqués en particulier en montagne.

4) Considérez-vous que : l’objectif énoncé « qu’aucun français ne soit jamais à plus de trente minutes d’un service d’urgence » doive être maintenu ? La combinaison SMUR / cabinets médicaux puisse se substituer à un service d’urgences hospitalières ?
Il faut mettre en place des maisons de santé dans les stations de ski en liaison avec le SMUR pour les premiers soins avec des effectifs variant selon les saisons.
Cependant, il faut conserver les centres hospitaliers dans les vallées pour assurer la continuité des soins en particulier les opérations. Il faut conserver l’objectif de 30 minutes maximum pour accéder à un service d’urgence en gardant à l’esprit qu’on parcourt beaucoup moins de kilomètres en 30 minutes en montagne que dans les plaines d’où le besoin d’avoir des équipements hospitaliers supplémentaires dans ces zones.

5) Dans tous les cas, quelle est votre conception d’une politique de santé pour nos territoires ? Quelle est votre position sur le numerus-clausus, sur la liberté d’installation des médecins ? Sur le rapport public / privé ?
Il est nécessaire d’augmenter le numerus-clausus de 30 à 50% en fonction des capacités d’accueil des facultés de médecine et des CHU afin de faire face à la pénurie de médecins qui va en s’empirant. Les étudiants en médecine ont des stages d’internat pour valider leurs diplômes, il faudrait rajouter une obligation d’exercer au moins une année dans les déserts médicaux avant de leur accorder une liberté d’installation ou de les autoriser à travailler dans les hôpitaux. Pendant cette année, les jeunes médecins pourraient bénéficier d’un statut de fonctionnaire stagiaire où ils seraient payés par les intercommunalités avec la fourniture d’un secrétariat pour les tâches administratives dans une maison de santé.

6) Nous sommes un collectif d’usagers qui demande à être représenté dans les instances de gestion sanitaire (Conseil de Surveillance, Conseil Territorial de Santé). Y êtes-vous favorable ? Etes-vous prêt à nous épauler ?
Je suis favorable à la représentation des usagers (au même titre que les collectivités territoriales) via des associations à l’intérieur des instances de gestion sanitaire.

7) À ce jour, pensez-vous que les décisions prises par le Ministère de la Santé, au niveau local, pour répondre aux besoins sanitaires des populations, résidentes et touristiques (du territoire des trois vallées), soient satisfaisantes et pertinentes ? Selon vous, ont elles apporté une meilleure offre de soins, ou au contraire une diminution ?
A ce jour, on a assisté à une dégradation du service hospitalier ces dernières années, il faut laisser à la nouvelle ministre de la santé la possibilité de redresser la situation. Il est possible de lui poser des questions écrites ou orales pour la mettre en courant de la situation sanitaire de la vallée de la Tarentaise.

---

Réponse de Pierre LOUBET :

De : Pierre LOUBET - Mairie de Gilly sur Isère <maire@gilly.fr>
Pour : collectif.hopital.moutiers@gmail.com

Monsieur,
Vous avez bien voulu m’interpeller sur le devenir de l’hôpital de Moutiers et je vous en remercie.
Sur ce dossier de nombreuses promesses avaient été faites, comme celle de l’implantation d’un nouvel hôpital à La Bâthie.
Hélas, il fallut rapidement se rendre à l’évidence qu’aucune enveloppe budgétaire n’était prévue pour ce projet, désormais abandonné au profit notamment d’une rénovation de l’hôpital d’Albertville et au transfert des urgences et des blocs opératoires sur cette commune.
C’est aujourd’hui une réalité que l’on ne peut ignorer.

Comme vous le mentionnez dans votre courriel le temps de cette campagne est très court et il faut répondre à de nombreuses sollicitations en peu de temps. Aussi vous voudrez bien m’excuser de répondre brièvement ci-dessous aux 7 questions posées par le collectif de l’hôpital de Moutiers.
Restant à votre disposition, je vous adresse, Monsieur, mes courtoises salutations.

Les questions qui suivent sont reprises à l’identique. Elles s’éclaireront nécessairement d’un jour différent du point de vue du mandat sénatorial :
1) Suivant votre connaissance du dossier ou bien en fonction d’éléments que nous pouvons vous communiquer (à votre demande) êtes-vous disposé(e) à demander la réouverture des urgences et donc des blocs opératoires dédiés à la chirurgie traumatique saisonnière puis orthopédique programmée à l’hôpital de Moûtiers ? Comment ?
Compte tenu de la position géographique de l’hôpital de Moutiers et de sa situation à proximité des stations, je suis favorable à la réouverture des urgences et des blocs opératoires dédiés à la chirurgie traumatique saisonnière puis orthopédique à l’hôpital de Moutiers.

2) Nous sommes convaincus que la réalisation de ces objectifs passe par la « défusion » des sites de Moûtiers et d’Albertville du Centre Hospitalier Albertville Moûtiers (CHAM). Y souscrivez-vous ?
Personnellement je ne pense pas que la réalisation de ces objectifs passe par la « défusion » des sites de Moutiers et d’Albertville. Nous avons trop tendance en France à revenir sur des décisions prises antérieurement. Je crois qu’il y a une complémentarité entre les 2 sites et qu’il n’est pas souhaitable de revenir à la situation antérieure à l’heure ou d’autres hôpitaux comme Chambéry ou Annecy attirent nombres de patients de nos territoires. Défaire en permanence ne constitue pas à mes yeux une bonne stratégie et ne permet pas de se consacrer à l’essentiel.

Au titre de l’organisation des Groupements Hospitaliers de Territoires, ici le GHT Savoie, défendrez-vous cette spécificité de l’hôpital de Moûtiers, étant donné sa position géographique stratégique ?

Note : pas de réponse formulée spécifiquement pour cette question

3) Plusieurs articles des lois n° 2016-41 du 26 Janvier 2016 de modernisation de notre système de santé et n° 2016-1888 du 28 décembre 2016 de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne offrent des dispositions fortes permettant de justifier le retour d’une organisation sanitaire hospitalière de qualité, adaptée au territoire et répondant aux besoins de la population touristique comme permanente. Quelles initiatives prendrez-vous pour en obtenir l’application ? Quelle politique budgétaire comptez- vous appliquer dans le cadre de l’ONDAM ?
Je suis pour une organisation hospitalière de qualité qui nécessite bien entendu des moyens financiers importants qui devront être prévus dans les lois de finances à venir.

4) Considérez-vous que : l’objectif énoncé « qu’aucun français ne soit jamais à plus de trente minutes d’un service d’urgence » doive être maintenu ? La combinaison SMUR / cabinets médicaux puisse se substituer à un service d’urgences hospitalières ?
Je suis tout à fait d’accord sur cet objectif « qu’aucun français ne soit jamais à plus de trente minutes d’un service d’urgence », je ne pense pas que la combinaison mentionnée puisse se substituer à un service d’urgences hospitalières et je ne le souhaite pas.

5) Dans tous les cas, quelle est votre conception d’une politique de santé pour nos territoires ? Quelle est votre position sur le numerus-clausus, sur la liberté d’installation des médecins ? Sur le rapport public / privé ?
Cette question mériterait un long développement qu’il n’est hélas pas possible de faire ici. Compte tenu que les études de médecine sont bien souvent financés par l’Etat, je pense que celui-ci devrait prendre des dispositions pour que les jeunes médecins s’installent, et pour quelques années, dans des territoires qui sont en déficit d’offres médicales.
En ce qui concerne le rapport public/privé, même s’il peut y avoir complémentarité, je pense que la priorité des financements soit aller au secteur public.

6) Nous sommes un collectif d’usagers qui demande à être représenté dans les instances de gestion sanitaire (Conseil de Surveillance, Conseil Territorial de Santé). Y êtes-vous favorable ? Etes-vous prêt à nous épauler ?
Tout à fait favorable à cette demande que je m’engage à soutenir.

7) À ce jour, pensez-vous que les décisions prises par le Ministère de la Santé, au niveau local, pour répondre aux besoins sanitaires des populations, résidentes et touristiques (du territoire des trois vallées), soient satisfaisantes et pertinentes ?
Selon vous, ont elles apporté une meilleure offre de soins, ou au contraire une diminution ?
Les décisions prises par le Ministère de la Santé ne sont pas à la hauteur des besoins, d’où l’absolue nécessité de conforter le CHAM et de lui donner les moyens nécessaires à son fonctionnement et à son développement. la création des nouvelles unités à Chambéry et Annecy, ainsi que de Médipole, a constitué une concurrence directe aux 2 hôpitaux d’Albertville et de Moutiers. Globalement l’offre de soins est peut-être supérieure à ce qu’elle était auparavant à l’échelle des 2 départements avec la créations de ces nouvelles unités, mais une fois encore la spécificité de notre territoire des 3 vallées doit être prise en compte par le Ministère.

Pierre LOUBET

---

Réponse de Lionel COMBET :

Le 20 septembre 2017 à 23:09, Lionel Combet <combetaxis@gmail.com> a écrit :

Bonjour,
J'ai bien reçu votre courrier pour l'hôpital de Moutiers. Vu les délais restreints, je me permets ce mail pour vous confirmer que moi en tant que candidat et mon parti vous soutenons. En effet je suis pour le service de proximité et contre les regroupements, qui sont peut-être bien en ville mais pas dans nos zones rurales et montagneuses. Je vous soutiens donc à 100% et cela même si je ne suis pas élu.
Bien cordialement.

Lionel Combet
Candidat FN sénatoriale savoie 2017
Conseiller municipal St Martin Sur La Chambre

---

Réponse de Sylviane FLORET :

Le 21 septembre 2017 à 15:31, Sylviane FLORET <sylviane.floret@orange.fr> a écrit :

Objet : Questionnaire sénatoriales

Bonjour

Je suis prise un peu de court pour répondre dans le détail à votre questionnaire vu les délais
mais je peux vous assurer que comme vous l'ont déjà indiqué lors de précédentes initiatives
dont j'ai eu connaissance les élus et militants communistes de Tarentaise la défense du service public est au coeur de nos propositions politiques.
J'estime indissociable le droit à la santé et la reconquête d'une sécurité sociale solidaire sécurité sociale gérée par les salariés avec la participation des usagers pour justement répondre aux besoins sanitaires et sociaux.
Le droit à la santé c'est l'accès aux soins de qualité et de proximité sur notre lieu de travail et dans notre bassin de vie non seulement les hôpitaux de proximité comme à moutiers doivent être équipés d'urgence ,de chirurgie mais la question de la maternité se pose aussi la fréquentation touristique de la vallée doit conduire à un renfort des effectifs et une réponse aux besoins par des services adaptés réfléchis en lien avec les acteurs concernés (ARS personnels, usagers ,acteurs économiques ,élus )

Je suis profondément convaincue que nous devons aussi ouvrir des centres de santé public avec des professionnels salariés de santé et sociaux (médecins ,kinés; aides-soignantes , aides à domiciles, travailleurs sociaux ..) oeuvrant ensemble et de façon coordonné pour développer la prévention et pour accompagner les malades , les personnes handicapées ; les personnes âgées.
Le slogan "bien vivre , bien travailler , bien vieillir dans une société intergénérationnelle" doit se concrétiser par la création d' un grand service public de santé et une filière économique sans profit ( médicaments imagerie recherche ..) au service de la santé de tous et toutes.

L'abrogation de la loi santé est indispensable pour créer ce service public et le groupe CRC au sénat agit déjà dans ce sens ; c'est un travail collectif auquel les élu-e-s communistes sont très attachés

Restant à votre disposition.
En pièce jointe circulaire électorale
Cordialement
sylviane floret

---